Skip to main content

Arts - Cinéma : Actualités

Nouvelles acquisitions

Nouveautés en cinéma            Nouveautés en arts

Nouveautés en cinéma        Nouveautés en arts

L'actualité à la BU et ailleurs !

   

    Festival de Cannes 2019

Palme d'Or 2019 : "Parasite" de Bong Joon-ho

 

Zoom sur ...

Un goût de Farhadi

Le réalisateur iranien Asghar Farhadi signait son huitième long métrage avec « Everybody knows », film d’ouverture du 71ème Festival de Cannes.

« Une séparation » avait été oscarisé et césarisé en 2012 dans la catégorie Meilleur film étranger.

« Le client » a obtenu le prix du meilleur scénario au Festival de Cannes en 2016 et l’acteur principal Shahab Hosseyni le prix d’interprétation masculine. Ce film recevra aussi l’Oscar du Meilleur film étranger la même année.

« Everybody knows » est avec « Le passé » le deuxième film du réalisateur à avoir été tourné hors d’Iran. Le second a été réalisé en France et a valu le prix d’interprétation féminine à Cannes en 2013 à l’actrice Bérénice Bejo.

Avec « Everybody knows » ou « Todos lo saben », c’est l’Espagne qui est à l’honneur.

C’est à l’occasion du mariage de sa sœur que Laura revient d’Argentine avec ses deux enfants. Son village natal sert de décor à ce drame familial. Niché au milieu des vignes dans la région madrilène, il est filmé avec une tendresse et un sens du détail qui ne permettent pas de soupçonner l’origine lointaine du réalisateur.

Après la joie des retrouvailles et la cérémonie religieuse débute la soirée. Festive, musicale et arrosée, elle va pourtant virer au drame avec la disparition d’Irène, la fille de Laura. Les vieux démons de l’histoire familiale vont resurgir à l’occasion de cette tragédie et fissurer l’harmonie apparente de cette vie champêtre et laborieuse.

Asghar Farhadi peint ici des portraits de femmes dignes d’un Pedro Almodovar mais n’éclipse pas pour autant les hommes, rugueux, solides et fragiles à la fois.

On est heureux de retrouver l’acteur argentin Ricardo Darin auprès du couple vedette Cruz-Bardem. Si la mention spéciale revient à Javier Bardem, l’ensemble du trio est irréprochable d’autant plus qu’il est épaulé par d’excellents seconds rôles, comme Eduard Fernandez entre autres.

Le spectateur est tenu en haleine jusqu’au dénouement et peut juste regretter que le film se termine sur une scène qui laisse pressentir que le drame va avoir d’autres retentissements au sein de la famille.

F.G.

Retrouvez  les autres films d’Asghar Farhadi dans les rayons Cinéma du Moyen-Orient (791.439 51 ) :

Shahr-Eziba = = Les enfants de Belle Ville

À propos d'Elly... : Da.bareye Elly

Zoom sur ...

Les enseignants vous recommandent ...

Votre bibliothécaire en arts

Olivier Valois

Contact :

olivier.valois@univ-st-etienne.fr

☎ : 04-77-42-16-19

Votre bibliothécaire en cinéma

Fabienne Guirao

Contact :

fabienne.guirao@univ-st-etienne.fr

☎ : 04-69-66-11-92

En bref